Menu

QUI SOMMES-NOUS ?

Lancé le 5 mai 2019, le bouquet REACnROLL propose chaque jour des chroniques et des débats en vidéo à travers 4 Web TV: Causeur TV, Rioufol TV, Barbara Lefebvre TV et Castelnau TV.

Rejeton du plouc et du facho, le réac était, dans l’esprit de ceux qui le dénonçaient à longueur d’éditos, le Gaulois réfractaire au devenir-progressiste du monde, l’empêcheur de s’ébahir en rond d’avoir une si belle âme. Un infréquentable qu’il fallait vouer à la mort sociale.

Cette entreprise d’épuration morale – ou prétendument telle – a échoué. Non seulement la litanie des procès staliniens et autres listes noires n’a pas permis d’éliminer les dissidents, mais elle a fait d’eux des emblèmes de la liberté de pensée auprès d’un vaste public qui ne partage pas forcément leurs idées (d’autant qu’eux-mêmes sont loin d’être d’accord entre eux), mais qui en a marre qu’on lui dise ce qu’il faut penser et qui il a le droit d’écouter.

C’est ainsi que "réac" est devenu un nom de famille qu’on arbore avec ironie, le signe de ralliement d’une tribu baroque où l’on aime s’engueuler et réfléchir en s’amusant, car on y refuse aussi avec la dernière énergie d’être englué dans l’esprit de sérieux du temps. Le regretté Jean Baudrillard l’avait compris par avance, lui qui, dans un texte célèbre, se demandait: "Pourquoi tout ce qui est moral, conforme et conformiste, et qui était traditionnellement à droite, est-il passé à gauche?" 

Notre ambition: la dispute civilisée et la liberté de l’esprit. Nul ne sera réprimandé pour des phrases trop longues ou des tournures trop compliquées. Et il n’y sera pas seulement question de politique ou des sujets triés par l’impératif de l’actualité, mais de tout ce qui nous parle de l’évolution de l’espèce, de la poésie à la surveillance numérique.

On y verra les têtes connues, mais aussi les discrets et les taiseux, les grands aînés et les générations futures. Tous ceux qui se sentent parfois des mécontemporains – mais aussi tous ceux qui veulent dialoguer avec eux. Nous ne rêvons nullement d’un monde où toute le monde penserait la même chose que nous.

NOS INCARNATIONS